Les inflammations

INFLAMMATIONS. — Le meilleur antiphlogistique que l »homéopathie possède, est sans contredit Aconit, et dans bien des cas d’inflammations aiguës ce médicament se rendra maître de la maladie ; mais il ne faut pas non plus s’imaginer que dans tous ces cas on puisse l’administrer comme spécifique infaillible ; au contraire, si l »aconit doit faire du bien, il faut qu »il soit indiqué par l’ensemble des symptômes, aussi bien que tout autre médicament. Aussi y a-t-il, en effet, beaucoup de maladies inflammatoires (et principalement celles où l’ancienne école défend elle-même les évacuations sanguines), où l’on ne ferait que perdre du temps en employant Aconit. Mais , d’autre part, les cas où ce médicament est presque indispensable, ce sont les inflammations des membranes séreuses (note : plèvre, péritoine, péricarde), avec forte chaleur fébrile, pouls dur et accéléré, etc.

(Sulfur est le chronique de Aconit dans les inflammations).