Essai clinique sur l’utilisation de l’Arnica 30 CH avant une chirurgie du genou

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17105693

Homeopathic arnica therapy in patients receiving knee surgery: results of three randomised double-blind trials.

Le but était d’évaluer l’utilisation du remède Arnica montana pour réduire les gonflements et les douleurs post-opératoires dans le cas de :

  • Arthroscopie (ART)
  • Remplacement par une articulation artificielle (AKJ)
  • Reconstruction de ligaments croisés (CLR)

Procédure

Avant la chirurgie, les patient reçoivent une fois 5 globules d’une dilution 30 CH d’arnica ou de placebo. Après la chirurgie, trois fois 5 globules sont administrés quotidiennement.

Conclusion

Dans les trois essais, les patients ayant reçu de l’arnica ont montré une tendance vers moins de gonflements comparés aux patients recevant du placebo. Cependant, une différence significative en faveur de l’arnica homéopathique n’a été trouvé que dans l’essai CLR (remplacement du ligament croisé).

Commentaires

Malgré la conclusion positive, il faut souligner que rien dans l’homéopathie classique ne permet de prescrire de l’arnica avant une opération. On ne le répétera jamais assez, mais la théorie homéopathique ne vaut que pour les patients percevant des symptômes et non pour un usage prophylactique.
A l’inverse, prendre un remède homéopathique en dehors de symptômes similaires, soit ne fait aucun effet, soit dans certains cas et même dans des hautes dilutions, cela provoque un proving créant des manifestations attribuées au remède.

Par ailleurs, comme mentionné en commentaire d’un autre essai, Arnica est prescrit dans les cas qui lui sont spécifiques dont l’hématome est un symptôme clé, en prenant en compte les modalités et les symptômes concomitants.

Dans la procédure proposée, il est impossible de déduire que la prise d’Arnica a un quelconque effet prophylactique pour quoi que ce soit, puisque de l’arnica leur a été administré après l’opération également. Donc, on est obligé d’oublier ce fait invérifiable.
En revanche, il est possible de penser que l’arnica ait eu un effet positif dans le cas de CLR, mais on regrette toutefois que l’essai n’ait pas inclus d’autres remèdes plus spécifiques au problème et à l’ensemble des symptômes courants. Par exemple un sous-groupe de la cohorte aurait pu prendre Ruta graveloens prescrit plus souvent pour des symptômes liés aux tendons et aux ligaments. Symphysium est recommandé pour des douleurs dues à un choc sur des os, les atteintes du périoste. On pourrait entrevoir là, une première différenciation de remède selon chaque type d’intervention. Comme les remèdes homéopathiques doivent être prescrits sur la base de symptômes similaires, on peut raisonnablement que, gonflement mis à part, il y aurait des symptômes différents, notamment des douleurs de typologie variée, entre les trois types d’intervention.
Le fait qu’ils aient donné un remède pour 3 interventions distinctes des articulations, complique le résultat qui n’est jamais meilleur, du point de vue mathématique, que si l’essai manipule un nombre réduit de variables.

Un proving c’est la procédure mise en place par Hahnemann pour éprouver un remède, qui correspond à faire prendre une substance pure ou à très basse dilution à une personne saine et à noter tous les symptômes qui peuvent apparaître. Plus on a de personnes confirmant un symptôme particulier d’un même proving, plus le poids de ce symptôme sera élevé dans la matière médicale.