Les billets publiés ici vont développer l’importance d’une bonne alimentation. Problème : on entend tout et son contraire et les études nutritionnelles, beaucoup plus complexes à mener que lorsqu’il faut tester quelques molécules, sont régulièrement revues et contredites par des méta-études ou des études épidémiologiques. Par conséquent, cela devient un défi de pouvoir se rapporter aux études scientifiques et d’obtenir une idée limpide sur comment il faut se nourrir. On admettra un certain nombre de choses, mais le terrain est meuble et la vérité d’un jour devient une contre-vérité un autre … il est très difficile de suivre et d’appliquer avec raison un régime. Cependant, certaines idées font leur chemin : parmi celles-ci, l’intérêt grandissant du régime végétarien est une petite révolution. La compréhension s’améliore, les erreurs de longue date sont peu à peu corrigées au bénéfice de tous.

L’alimentation de demain devra être végétarienne au minimum, non seulement pour améliorer notre santé, à la lumière des récents progrès en nutrition, mais aussi pour des questions écologiques (la perte dramatique de terres cultivables au profit de l’élevage, l’aggravation du réchauffement climatique qui en résulte) et, j’espère, éthique. Toutes les étoiles sont alignées pour mener à bien cette révolution.

Parmi les bêtises qu’on répète même à l’école, on peut mentionner l’idée selon laquelle les protéines animales seraient supérieures aux protéines végétales jugées incomplètes en acides aminés essentiels (on sait maintenant que c’est faux), la croyance que l’alimentation paléolithique était carnée (il n’en est rien, de nouvelles techniques ont permis de mettre au jour que l’alimentation était principalement végétale, ce que confirme le bon sens et l’anthropologie), la conviction qu’on ne pouvait battre de records sportifs sans alimentation carnée (la liste des sportifs de haut niveau qui parviennent à se dépasser s’allonge sans cesse).

Petite liste à la Prévert des champions végétariens ou végétaliens :

  • Karl Lewis (végétalien) : 9 médailles d’or en athlétisme
  • Chris Campbell (végétarien) : médaillé olympique de lutte à 37 ans
  • Bode Miller (végétarien depuis la naissance) : 5 fois médaillé olympique de ski alpin
  • Patrick Maboumian (vegan) : recordman du monde du déplacement de poids le plus lourd (500 kg sur 10 mètres)
  • Nate Diaz et Jake Shields, champions vegan de MMA
  • Novak Djokovic (végétarien, allergique au gluten) : ancien N1 du tennis mondial
  • Scott Jurek (vegan) : champion de ultra-marathon

La liste ne cesse de s’allonger car le végétarisme permettrait de réduire l’inflammation, fluidifierait la circulation sanguine, ce qui permettrait aux athlètes de récupérer plus vite … or plus rapide est la récupération, plus long peut être l’entraînement.